Le blog qui gratte: magazine collaboratif sur l'actualité de la guitare

Le blog collaboratif de la guitare. Des vidéos et des mp3 pour découvrir des artistes et guitaristes blues, jazz et rock ainsi que des sites de référence: tablatures, partitions, leçons et cours, videos, plans, avis et test de matériel

29 septembre 2007

Plugsquare.com fait un couac pour sa deuxième année

Les spécialistes de la vente d'instruments de musique sont plutôt avares en chiffres sur leur activité. La concurrence est rude, tout le monde se connait très bien.  Difficile dans ses conditions de savoir où en est le marché des instruments de musique, en particulier sur Internet où la concurrence est encore plus frontale.

C'est donc avec grand bonheur que les amateurs de chiffres pourront se jeter sur les résultats du groupe LDLC.com, tenu de les publier puisqu'il est coté en bourse. Ce spécialiste de la distribution informatique avait en effet lancé Plugsquare.com - un site e-commerce de vente d'instruments - en novembre 2005. L'objectif de cette filiale était de se diversifier tout en misant sur les synergies possibles au regard des ventes liées à la MAO.

Force est de constater que ça ne va pas au mieux pour la branche musique de ce pro du Web. Son résultat net pour l'exercice 2006/2007 est dans le rouge, soit - 213.057 euros (déficitaire donc). Si on rentre un poil dans les détails on constate que Plugsquare.com a réalisé un chiffre d'affaires (le montant total de ses ventes) de 121.287 euros. Ce n'est pas vraiment folichon. A titre de comparaison, un des poids lourds du secteur, Total-Music alias Aremus à l'époque, réalisait en 2005 un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros.

Plugsquare ne vend donc pas assez et ce malgré une campagne d'affichage très agressive lancée sur les murs du métro parisien à l'occasion de son lancement. Mais le plus ennuyeux pour LDLC c'est que sa filiale a enregistré des charges d'exploitation de plus de 320.000 euros. Et oui ça coute cher un magasins d'instruments, ne serait-ce qu'en charges salariales. (Plugsquare compte 3 employés), et en coûts de stockage pour des produits qui n'ont pas forcément des taux de rotation fantastiques.

Mais rassurez-vous, la contre-performance de Plugsquare est relativisée par la bonne tenued es comptes de LDLC qui vise 180 millions de chiffre d'affaires pour 2008. Plugsquare a aussi le mérite d'attaquer un marché difficile, où il est tout jeune, seulement 2 ans. C'est court pour bien maitriser un métier que d'autres pratiquent depuis parfois des dizaines d'années. Les acteurs 100 % online doivent aussi se frotter aux réticences légitimes des acheteurs où une grande part d'affect rentre en ligne de compte. Les petits camarades Total-Music et Woodbrass ont des magasins physiques avec pignon sur rue où les vendeurs peuvent conclure les deals.

Et puis pour finir, rappelons que certains acteurs institutionnels comme Paul Beuscher ne vendent toujours pas en ligne. ;-)



Posté par netgui à 21:27 - Anecdotes - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Pas simple

    Ben il faut dire que ce n'est pas facile de se décider d'acheter un instrument en ligne car d'une guitare à l'autre les variations sont parfois très importantes donc pas évident celà explique peut etre pourquoi ca ne fonctionne pas aussi bien !

    Posté par Jipes, 30 septembre 2007 à 11:58

Poster un commentaire